jeudi, 23 novembre 2017
A+ R A-

Historique de Saint-Thurien

(d'après l'ouvrage de François MINIOU publié en 1986)

 

 

La paroisse de SAINT-THURIEN, fondée au Xe ou XIe siècle, appartient au diocèse de Cornouaille (Quimper) fondé au VIème siècle, au département du Finistère (1790), à l'arrondissement de Quimper (1790) et au canton de Scaër (1801). Elle est devenue commune en 1790.

Préhistoire

Les préhistoriens assurent qu'aux dernières grands glaciations (-100 000 à -10 000 ans avant notre ère), des troupeaux de mammouths, de rhinocéros, d'ours, de bisons, de rennes, de chevaux sauvages poursuivis par des hordes de loups ont traversé la toundra sibérienne qu'était alors notre Bretagne sous la glace, la neige et un soleil avare de rayons. On a retrouvé, en divers points de notre péninsule et dans le sable de nos côtes les squelettes de ces animaux d'un autre âge qui ont foulé notre commune.

Période celte

Cinq siècles avant notre ère, les Celtes venus des bords du Danube investissaient la péninsule qu'ils dénommèrent Armorique (Ar Mor : la mer) lui apportant une civilisation évoluée : la religion druidique, la langue celte que nous, Bretons, sommes parmi les derniers à parler.

Période gallo-romaine

La toponymie de SAINT-THURIEN suggère une présence gallo-romaine aux Ier, IIe et IIIe siècles :

- Kerroux : relais en briques rouges sur une voie romaine,
- Magorou (de moguer : murailles) : poste militaire,
- Ty-roudou : vieux chemin.

Naissance d'une paroisse

Il semblerait qu'un clan du comté de Clamorgan (Pays de Galles) ait remonté la Laïta pour occuper pacifiquement entre l'Isole, l'Ellé et le ruisseau du Naïc, l'ancien fundi gallo-romain d'Yulac. La paroisse primitive d'Yulac donnera naissance aux XIe-XIIe siècles à Locunolé (Loc-Guénolé), à Tréméven (Trêve d'Even), à Querrien (Kerrien, évêque et moine irlandais) et à Saint-Thurien (évêque de Dol, mort en 780).

Un saint breton pour une paroisse bretonne

Saint Thurien est né en Armorique à la fin du VIIe siècle de parents issus du Pays de Galles. Il retourna au pays de ses pères dans un monastère (Llan Iltud) où on formait des missionnaires de choc pour le pays de Breiz-Izel considéré comme une terre de mission à fortifier dans la foi. Il parcourut la Bretagne du nord au sud, d'est en ouest. Il succéda à saint Samson, fondateur de l'évêché - abbaye de Dol. Usé, il démissionna de son siège de Dol pour se retirer, en simple moine, au monastère de Saint-Leuffroy en Normandie (près d'Evreux) où il mourut le 13 juillet 750.

Quatre communes portent son nom :

- Saint-Thurien (Finistère),
- Saint-Thurien de Belleville (Eure),
- Saint-Thurial (Ille-et-Vilaine),
- Saint-Thuriau (Morbihan).

Le nom de notre paroisse a connu des formes successives : Sanct-Tourhan (XIIe siècle), Saint Ourhan, Saint Urien, Saint Curien..., Saint-Urien-Trefguennou en 1709 ; en 1720, la forme Saint-Thurien est stabilisée.